Témoignages des lauréats

Témoignage des deux lauréats du concours 2013-2014

Claude Romanus BIAO - mars 2014 - 1er prix du concours "Croquons la francophonie"

"Ce dont je me souviendrai...

Les souvenirs sont ce qu’il y a de plus difficile à raconter. Parce qu’il faut faire le tri entre les personnes que l’on a rencontrées, les émotions et le paysage. Les premières suscitent les secondes et sont presque indissociables.

Le paysage est comme le décor au cinéma : discret et crucial. Pour ma part, je suis arrivé à Clermont-Ferrand cette année avec une petite crainte celle de rencontrer des automates de grandes cérémonies. Des sourires, des attentions, des accueils automatiques, « Monsieur Biao ? Enchanté, je m’appelle Untel et c’est moi qui vais m’occuper de vous… », comme si j’allais à la rencontre du concours « Croquons la Francophonie ». Ceux que j’ai rencontré, des personnes passionnées et subtiles – et taquines aussi. J’ai rencontré des humains qui m’ont fait découvrir ce qu’ils aiment, assister au réveil des Géants d’Auvergne, tant que ça reste virtuel ; ou gouter à la patte de cochon dans une auberge au pied de volcans éteints. Des gens qui se sont d’abord tournés vers moi pour mon travail, mais qui savent aussi s’intéresser à autre chose… le développement durable par exemple, ou le bizutage sur la neige.

Si le concours « Croquons la Francophonie » ne m’avait pas offert un ordinateur que je rêvais de m’acheter, et un Rhinocéros de Ionesco, tout cela est grisant mais toute ivresse passe ; je me serais très bien accommodé des amitiés qui se sont liées et qui j’espère, resteront très longtemps.

Je suis venu, j’ai vu, j’ai été vaincu par la neige sur mon cou et par le roquefort, mais tant pis, je garde le sourire : quelqu’un n’a-t-il pas dit que la Francophonie est un monde où il y a une place pour mon sourire aussi ?"

Koffi Isidore Clément KOUADIO - mars 2014 - 2è prix du concours "Croquons la francophonie"

Ces lignes résument l’aventure merveilleuse que Clermont-Université et son Espace Francophone m’ont permis de vivre à travers le concours " Croquons la Francophonie" première édition de 2013-2014. 18 Janvier c’est la date que Dieu m’accorde la grâce de voir le jour. 18 Mars, le jour ou ce concours de dessins / récits me permet de prendre mon envol pour la première fois et de fouler le sol de Paris. A Paris, c’est une grande fraîcheur matinale de 8 degrés qui m’accueille mais je ne m’imaginais pas la grande chaleur humaine qui m’attendait. De Paris, cap sur Clermont-Ferrand où une équipe dynamique et chaleureuse de l’Espace francophone avec Fabienne Baudot nous attendait, le Professeur Saliou N’Diaye (Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar) et moi.

A Clermont-Ferrand, c’est une chambre coquette avec un restaurant aux mets variés et inhabituels que je découvre. Très vite l’adaptation est faite et des visites sur des sites touristiques sont prévues : Vulcania, Clermont et ses environs, la place Jaude et sa fameuse boutique happy cash, l’école supérieur d’art et d’architecture, la cathédrale gothique, la statue de Vercingétorix à la place de Jaude, le Puy de Dôme et sa neige.

En un mot cette semaine à été l’une des plus agréables de ma vie. Côtoyer et échanger avec des hommes et des femmes sympathiques, une population courtoise toujours prête à vous orienter ou vous renseigner. Ce séjour très enrichissant, m’à permis d’agrandir mon cercle d’amis et de me rendre compte de la chance que j’ai d’appartenir à une grande famille francophone.

Grand merci aux organisateurs et vive la francophonie.